IL FAUT LIBÉRER M. MAURICE KAMTO , MME MICHELLE NDOKI ET TOUS LES PRISONNIERS POLITIQUES POUR LA PAIX ET LA STABILITÉ AU CAMEROUN.
Nations Unies : Les violences sexuelles en tant que « tactique de guerre »

CÔTE D'IVOIRE : LES ENSEIGNANTS OTAGES D'UN POUVOIR TOTALITAIRE.

CÔTE D'IVOIRE : LES ENSEIGNANTS OTAGES D'UN POUVOIR TOTALITAIRE.
Rédaction : Sindou John G :: -DROIT DES ENSEIGNANTS ET LEURS AVOIRS HYPOTHÉQUÉS - AIDL ( Alliance Internationale de Défense de Droit et des Libertés) condamne l'acte répressif du gouvernement entrepris contre les enseignants et exige la souplesse du gouvernement ivoirien à répondre à la requête les enseignants pour la stabilité de l'école en Côte d'Ivoire.
Puisse Dieu aider la Côte d'Ivoire à se remettre sur pieds .

Pour avoir une meilleure condition de vie et de travail, les enseignants de Côte d'Ivoire sont rentrés en grève. Une grève relative au traitement à la question liée aux bailles des locaux des enseignants . En effet , de l'argent est décaissé chaque mois par le gouvernement pour aider les enseignants de tous les niveaux pour apporter un meilleur à leurs cadres de vie d'où à la contribution au paiement du loyer et à la réfection de cadre de travail donc des sales de classes, latrines .. ect. Donc depuis quelques années cet engagement du gouvernement actuel de Côte d'Ivoire n'a pas été respecté. C'est dans cette optique que , les syndicats des enseignants de Côte d'Ivoire dont le CNEC et le COSEFCI vont rentrer en grève qui va être aussitôt réprimer par le pouvoir du Dr Alassane Ouattara d'où quatre professeurs de l'Université seront exclus , sept suspendus , deux arrêtés et écroués à la MACA dont le professeur JOHNSON ZAMINA KOUASSI secrétaire général du CNEC et d'autres molestés et passés à tabac au niveau du primaire et du secondaire. Des engins de déplacement des enseignants seront mis à feu après le passage d'un commando encagoulé à Bouaké et à Korhogo. Après le dilatoire de dialogue expédié aux enseignants et aux gèles de leurs avoirs annoncés par le gouvernement , ce lundi 11 mars 2019 le COSEFCI va lancer le prolongement de sa grève jusqu'à nouvel ordre. C'est la décadence du système d'éducation et une année blanche pendue à l'horizon.
Réclamer son droit aujourd'hui en Côte d'Ivoire est une entrave à l'ordre public et donc condamnable par la loi. 

Puisse Dieu aider la Côte d'Ivoire à se remettre sur pieds .

  Article "tagged" as:
Pas de note pour cet article