organisation AIDL: Le prince héritier d’Abou Dhabi visé par une plainte en France pour crimes de guerre
Le HCR met en garde de priver les générations d'enfants réfugiés de l'éducation

organisation AIDL: Le prince héritier d’Abou Dhabi visé par une plainte en France pour crimes de guerre

organisation AIDL: Le prince héritier d’Abou Dhabi visé par une plainte en France pour crimes de guerre
PARIS - AIDL - COMMUNIQUÉ DE PRESSE : ANCILE Avocats .

Tortures de masse, bombardements indiscriminés, blocus conduisant à une famine : les méthodes de guerre utilisées par la coalition arabe depuis 2015 au Yémen sont inhumaines et illégales.

Le constat est unanime : l’ONU, les grandes nations et les organisations de défense des droits de l’Homme (Amnesty international, Human Rights Watch, ACAT, AIDL, etc.) ne cessent de dénoncer les violations massives et délibérées du droit international humanitaire et du droit international des droits de l’Homme.  

L’AIDL (Alliance Internationale pour la Défense des Droits et des Libertés) ainsi que six ressortissants yéménites ont sollicité le cabinet ANCILE Avocats afin qu’il soit mis un terme à l’impunité des décideurs et massacreurs en chef de la guerre au Yémen. 

Le 21 novembre 2018, le cabinet ANCILE Avocats a déposé une plainte avec constitution de partie civile devant le doyen des juges d'instruction du Pôle « Génocide, Crimes contre l’humanité et Crimes et délits de guerre » du Tribunal de Grande Instance de Paris à l'encontre de Mohammed Bin Zayed AL-NAHYAN, prince héritier et commandant en chef des forces armées des Emirats Arabes Unis, pour complicité de torture et de crimes de guerre. 

Selon Me Joseph BREHAM, « Les politiques français ne pourront pas faire l'économie d'un "examen de conscience". Préfèreront-ils sacrifier les droits humains et les engagements internationaux de la France sur l'autel des intérêts de marchands d'armes, ou décideront-ils que la France respectera sa parole donnée, les droits de l’Homme et le droit international humanitaire ? »

 Selon Mohamed Al SHAMI, Président de l'Alliance internationale pour la défense des droits et libertés  “AIDL” « Nous espérons que la France se saisira de cette opportunité afin de rendre justice aux victimes de cette guerre atroce ». 

 

 

 

 

 

 

  Article "tagged" as:
Pas de note pour cet article