crimes de justice et de guerre internationaux
Consolider cette paix qui nous appartient

Étude internationale: 385 millions d'enfants vivent dans l'extrême pauvreté

Étude internationale: 385 millions d'enfants vivent dans l'extrême pauvreté

Un rapport publié par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance, l'UNICEF, la Banque mondiale a montré que environ 385 millions d'enfants dans le monde vivent dans une pauvreté abjecte. Le rapport dit que les enfants en Afrique sub-saharienne et en Asie du Sud, en particulier l'Inde, sont les plus mal lotis.

 Le rapport fait remarquer que les estimations de 19,5 pour cent des enfants dans les pays en développement vivaient dans des ménages avec un revenu moyen de seulement 1,90 $ par personne, par jour, en 2013.

 Dit Anthony Lake, Directeur général de l'UNICEF dans un communiqué de presse: «Il est non seulement peu probable que les enfants vivent dans l'extrême pauvreté, mais les effets de la pauvreté sur les enfants sont les plus destructrices, ajoutant qu'ils sont les plus mal lotis, et les enfants plus jeunes sont les plus mal lotis, parce que les privations dont ils souffrent affecte le développement leurs corps et leurs esprits ».

 Lac a fait remarquer, «Il est choquant de voir tous les enfants en Afrique sub-saharienne et un enfant sur cinq dans les pays en développement, de plus en plus dans l'extrême pauvreté."

 Les enfants sont de façon disproportionnée les effets de la pauvreté, car ils représentent environ un tiers de la population étudiée, et la moitié de ceux qui souffrent de l'extrême pauvreté.

 Cette nouvelle analyse vient à la suite d'une nouvelle étude pilote pour le Groupe de la Banque mondiale intitulé «La pauvreté et la prospérité économique en 2016: lutte contre les inégalités," qui a constaté que près de 767 millions de personnes dans le monde vivaient avec moins de 1,90 $ par jour en 2013, dont la moitié sont âgés de moins de 18-year-old.

 Pour sa part, Anna Rafinja dit, du Groupe de la Banque mondiale, "indique le nombre d'enfants qui souffrent de l'extrême pauvreté à la nécessité réelle de l'investissement, en particulier dans les premières années dans les services tels que les soins prénatals pour les femmes enceintes, et les programmes de développement de la petite enfance, une éducation de qualité, l'eau potable et des eaux usées bonne santé, les soins de santé universels. l'amélioration de ces services, et d'assurer que les enfants d'aujourd'hui obtiennent une des possibilités d'emploi de qualité, le moment venu, il est le seul moyen de sortir de la pauvreté. "

 L'étude a été basée sur les données de 89 pays pour préparer l'évaluation contenue dans le présent rapport.

 L'UNICEF appelle le Groupe de la Banque mondiale sur les gouvernements pour mesurer la pauvreté des enfants aux niveaux national et infranational régulièrement, et se concentrer sur les enfants dans la réduction nationale de la pauvreté dans le cadre des efforts pour mettre fin à l'extrême pauvreté d'ici 2030, des plans.

 Le rapport appelle également à la promotion de la protection sociale que les systèmes adaptés aux enfants, y compris les programmes de transfert de fonds qui aident directement aux familles pauvres à payer le coût de la nourriture, les soins de santé, l'éducation et d'autres services qui protègent les enfants contre les effets de la pauvreté et d'améliorer leurs chances de briser le cycle de la pauvreté dans leur vie .

 Il devrait également être les gouvernements, selon le rapport, de donner la priorité à investir dans l'éducation, la santé, la consommation et de l'assainissement et des infrastructures qui profitent aux enfants les plus pauvres et de l'eau, ainsi que ceux qui aident à empêcher les gens de retomber dans la pauvreté après des revers tels que la sécheresse et les maladies ou d'instabilité économique.

  Article "tagged" as:
Pas de note pour cet article